Etats-Unis, le pays qui arme ses enfants

Le second amendement de la Constitution des États-Unis garantit à tout citoyen américain le droit d’assurer sa propre défense en portant librement une arme.

En 2015, on recensait 310 millions d’armes en circulation pour une population de 322 millions d'habitants, soit une par habitant. Chaque année, 30 000 personnes sont tuées par balles dont 18 000 jeunes.

 

Chaque jour, neuf enfants meurent sous les balles. 

Ils sont de plus en plus jeunes et de plus en plus nombreux à posséder des armes, les recevant notamment pour Noël ou en cadeau d’anniversaire. Une situation inquiétante, en raison, entre autres, de la multiplication des tueries sur les campus universitaires et dans les écoles. 

 

Mais il y a aussi énormément d’accidents domestiques. Des blessures par balles conduisent chaque année 7000 enfants à l’hôpital.

Malgré ces données affolantes l’opinion américaine reste convaincue que posséder une arme est un gage de sécurité Voir le documentaire "Etats-Unis, le pays qui arme ses enfants"

 

Daniel Gross préside "Brady Campain", une des organisations les plus présentes du lobby anti-armes, qui collabore avec l’administration de Barack Obama pour limiter la circulation des armes à feu dans la société.

"Aux Etats-Unis, 9 enfants se font tous les jours tirer dessus, indique-t-il. Des centaines se suicident chaque année. Les tueries dans les écoles sont de plus en plus fréquentes. Une grande majorité de ces tragédies, qu’elles soient accidentelles ou préméditées, sont dues aux armes des parents. Ce sont les parents qui introduisent des armes chez eux, pensant qu’ils seront ainsi plus en sécurité."

 

Une carabine pour les 3 ans de sa fille

Exemple : Antony Cole, propriétaire de 6 pharmacies dans la ville sinistrée de Détroit (Michigan), ex-capitale de la construction automobile devenue un des  foyers de criminalité les plus élevées du pays. L’homme est en permanence armé. Ses employés servent les clients via des trappes taillées dans des vitres blindées et, à l’intérieur, des pistolets sont cachés dans les rayonnages de médicaments.

  Antony a offert une carabine à sa fille Dalia, pour ses 3 ans.  La petite, qui en a désormais deux de plus, prend des cours de tir, comme beaucoup d’enfants aux Etats-Unis. "Je ne vois pas où est le problème, dit le pharmacien. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde."

  Selon lui, ainsi que pour la très puissante "National Rifle Association" (NRA), qui se présente comme la plus ancienne organisation de protection des droits civiques, apprendre aux très jeunes enfants à se servir d’une arme permet d’éviter les accidents.

  En décembre 2012, à Sandy Hook (Connecticut), un adolescent présentant des troubles psychiatriques a tué 20 enfants et 8 enseignants dans une école, avec la mitraillette que lui avait offerte sa mère pour son anniversaire.

  Un massacre qui a bouleversé l’Amérique toute entière.

 

De vaines tentatives d'imposer un contrôle des propriétaires d'armes. 

En 2013, soutenu par 73% de la population, Barack Obama a tenté de faire passer une loi imposant le contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques de toute personne désirant acheter une arme. Le projet de loi a été bloqué au Congrès par le lobby des fabricants d’armes.

En 2015, 300 fusillades du type de celle de Sandy Hook ont eu lieu dans le pays. La réponse à ces drames, proposée par la NRA, est de blinder les murs et les portes des écoles, et d’armer chaque élève d’un bouclier pouvant les protéger en cas d’attaque…

 Avec 7 milliards de chiffre d’affaire le marché des armes à feu n’a jamais été aussi florissant. Toutes les tentatives visant à contrôler leur propriétaires ont échouées et le 2èmeamendement reste intouchable.

 

 

 

Article publié le : 19/04/2016

A lire également